Formation d’Organisateur·ice, témoignagne : « une formation qui rend plus fort·es et plus déterminé·e »

Je m’appelle Paul, je suis syndicaliste depuis plusieurs années. J’ai d’abord commencé à militer au sein d’un syndicat étudiant·es autogestionnaire. J’ai eu l’occasion de participer à plusieurs combats importants qui concernaient les logements, les injustices vécues par les étudiant·es avec des profs ou encore le coût des études…
 
Je suis désormais travailleur dans le secteur socio-culturel. Après quelques temps, j’ai décidé de m’impliquer syndicalement sur mon lieu de travail car on subissait beaucoup de problèmes (sous-effectifs, charge de travail, management…). Je me suis donc présenté aux élections sociales en espérant construire une dynamique syndicale avec les collègues, mais j’ai vite déchanté.
 
D’abord parce que je me suis rendu compte que mon expérience en tant que syndicaliste étudiant ne m’était pas super utile au sens où elle s’appuyait beaucoup sur de la mobilisation autour de grosses campagnes mais que la réalité était bien différente en entreprise où on est confronté directement à son employeur.
 
Ensuite, l’essentiel du travail syndical consistait à participer aux organes de concertation (CE, CPPT…) sans aucun rapport de force puisque qu’il n’y avait pas de participation des collègues, ni de solidarité. Les délégués venaient avec des propositions toutes faites et les soumettaient (ou pas) aux travailleur·ses et puis allaient « négocier » avec les patrons…
 
Bien qu’élu depuis plusieurs années je n’avais aucun contact avec « mon permanent » (sauf quand je le contactais moi-même pour avoir des infos sur une manif…), on ne m’a même jamais proposé une formation de base.
 
Et puis un jour j’ai entendu parler de la formation de l’IWW (syndicat que je connaissais déjà par son histoire). Au début je pensais que ça allait encore être une perte de temps, où on allait nous présenter une vision ultra déconnectée et folkloriste de l’action directe en entreprise. (Spoiler alerte : c’est totalement l’inverse).
 
En réalité cette formation m’a vraiment apporté des outils « micro » qui me manquaient depuis des années dans ma pratique syndicale. Une vraie méthodologie pour s’organiser et agir concrètement sur son lieu de travail, pour aborder ses collègues, pour construire un comité démocratique, des revendications, un plan d’action crescendo… Et finalement, gagner des victoires pour améliorer collectivement nos conditions de travail sur le long terme.Je me rends compte qu’en tant que syndicaliste autogestionnaire, on manque de cette formation concrète.
 
La force de la formation de l’IWW c’est de proposer une manière de pratiquer le syndicalisme d’action directe mais en tenant compte de la réalité de son lieu de travail et du niveau de conscience de ses collègues. C’est vraiment une formation qui rend plus fort·es et plus déterminé·es.

Je ne peux que conseiller à tou·tes les camarades d’y participer !